P
U
B
P
U
B
Portrait :Karolina Sigmund, étudiante germano-polonaise.

Karolina Sigmund 20 ans, étudiante en Histoire à Paris.

Karolina est une toute récente membre du Club International. Bien qu'elle soit à Paris depuis la rentrée de septembre 2005, elle n'a pas encore eu de temps à consacrer à ses loisirs. De nationalités allemande et polonaise, Karolina est attirée par tout ce qui rime avec " international". C'est comme ça qu'au hasard d'un surf sur le net, la jeune étudiante en Histoire a connu et décider d'adhérer au Club International des Jeunes à Paris.

La première surprise à la rencontre de Karolina, c'est la qualité de son français. On oublie rapidement qu'elle n'est pas née ici. Il faut dire que la demoiselle a très tôt connu l'Hexagone (la France). Dès l'âge de 7ans, elle vient visiter Paris avec sa famille.

De Toulouse au lycée français de Berlin

Elle y reviendra occasionnellement toujours en touriste. Elle apprend le français à l'école. Jusqu'au jour où son lycée organise un échange. Une française de son âge vient alors vivre chez elle en Allemagne et six mois plus tard elle repart avec Karolina dans ses bagages. Direction la France, le Sud, Toulouse. Elle a une petite quinzaine d'année, et va tomber amoureuse de la France. A son retour outre-Rhin, elle fonce s'inscrire au lycée français de Berlin pour conserver ses acquis. Une fois son baccalauréat (diplôme donnant accès aux études supérieures) en poche, Karolina repart pour l'Hexagone, convaincue par le système scolaire français et son apprentissage qu'elle estime plus qualitatif.

Pas trop dépaysée à Paris

Fini le Sud Ouest, direction la capitale. Paris l'accueille pour la rentrée, pour suivre une classe préparatoire littéraire. La charge de travail est importante et laisse peu de place aux moments de temps libres et aux rencontres.Occupée et entourée, la demoiselle vit en collocation, où elle n'est pas trop dépaysée : trois nationalités représentées, et trois langues parlées : l'allemand, le polonais et le français, incontournable.

 

Karolina n'a donc aucune difficulté à communiquer malgré sa timidité. Maîtriser trois langues différentes l'a bien aidé.

Une seule idée en tête : devenir diplomate

Elle ne veut cependant pas s'arrêter là. Son objectif : devenir diplomate. Avant de posséder les diplômes, elle possède déjà le charme qu'implique cette fonction et le goût pour le voyage. Du haut de ses vingt ans, elle préfère les trips "type routard" ; sac à dos, bus, auberge de jeunesse, aux grands hôtels en famille, pour mieux vivre la réalité du pays. Depuis son enfance Karolina découvre le monde. Avec sa famille, Karolina est allé en Thaïlande, au Mexique, en (ex) Tchécoslovaquie..

 A 9 ans Karolina a déjà vécu en Allemagne, en Californie et en Pologne

Native de Berlin, elle migre avec sa famille en Californie pour une année, elle est alors âgée de 3 ans. Des raisons professionnelles et familiales la conduisent deux ans plus tard en Pologne d'où est originaire sa mère. La famille Sigmund restera quatre années dans une petite ville à 60 kilomètres de Wroclaw. A 9ans, Karolina rentre à Berlin en Allemagne, le pays de son père. Malgré ce lien familial, l'Allemagne ne fait pas partie des projets de Karolina pour s'y installer. " C'est un pays gris". Et la Pologne dans tout ça ? " C'est le pays des vacances ". L'idée d'y passer un an d'étude n'est pas exclue, « peut-être dans 2 ans ».
Son désir de connaître les Polonais est plus grand que son regret de l'intolérance de certains. Karolina ose d'ailleurs le parallèle entre les Toulousains, ouverts généreux et les Polonais qu'elle a connu, qui n'hésitent pas à aller vers les gens et toujours prêts à faire la fête.

Le Club International arrive à point nommé

La classe de prépa littéraire qu'a débuté Karolina à la rentrée s'est achevée plus vite que prévu. En attendant de débuter un cursus d'Histoire, Karolina est donc en vacances après un premier semestre dur en terme de quantité de travail. Mais la page est tournée. Une nouvelle va s'écrire, celle des années facs où le nombre d'heures de cours laisse plus de temps personnel pour vivre ses passions. Le Club International arrive à point nommé.
C'est sur le web que Karolina a fait connaissance avec l'association. Le terme « international » l'a tout de suite séduite. La variété des activités l'a convaincue. Elle a déjà goûté à la vie culturelle parisienne : expositions au Grand Palais, au centre Pompidou, quelques musées parisiens. Elle restera dans le bain au Club International, où elle aura de Paris l'occasion de poursuivre ses rencontres d'étudiants du monde entier, une façon de s'exercer pour son métier futur´┐Ż


 

Propos recueillis par Guillaume Théchi.

 
   

Accueil